Assurance et actualité financière
Home
 

Comment se préparer aux catastrophes naturelles

Au Québec, les tremblements de terre ne sont certes pas chose commune, et quand ils arrivent, ils ne provoquent que des dégâts superficiels. Il ne faut pas pour autant croire que les catastrophes naturelles ne se produisent jamais et que votre habitation n’est pas à risque!

Nous avions déjà pris le temps de vous informer sur les dangers des dégâts d’eau et comment s’y protéger. Nous avons par exemple souligné que les tuyaux qui se trouvent à un endroit non chauffé de votre maison pouvaient se fissurer si vous ne les protégez pas avec une gaine de mousse. Posséder une assurance n’est pas une raison pour faire preuve de négligence : vous n’êtes pas couvert contre tout et votre assureur risque de faire monter vos primes mensuelles en flèche si vous passez à la caisse des réclamations.

Aujourd’hui, nous nous attarderons à quelques catastrophes naturelles qui peuvent survenir et comment vous pouvez limiter leurs dégâts.

Nos sources :

Bacchi (conseils sur les gazebos)
Couverture DC (conseils sur la toiture)
Desjardins Assurance Générale (aperçu général pour la tempête de vent)
Météomédia (conseils en lien avec l’inondation)

La tempête de vent

Vous n’avez pas peur des vents violents? Attendez que ceux-ci déracinent un arbre de votre cour arrière ou que votre gazebo parte à la renverse et entre en collision avec votre demeure. Ce sont des situations plus fréquentes que vous pourriez le penser!

Tout d’abord, vous devez vous assurer que votre toiture soit prête en tout temps à résister au vent. Toutes les composantes du toit, que ce soient les tuiles du revêtement comme les bordures d’avant-toit ou les soffites, doivent être fixées très solidement afin de ne pas offrir une prise d’air au vent en cas de tempête. Faites-donc une petite inspection annuelle, ça ne fera pas de tort!

En second lieu, assurez-vous que votre gazebo soit bien fixé au sol. Si l’installation de base n’a pas suffi à le rendre résistant aux tempêtes, vous pourriez faire preuve de solutions créatives, par exemple en plaçant ses pattes dans des pots de fleur géants et en les remplissant de sacs de sable. C’est l’idée d’une internaute sur le web et il semblerait que ça marche. Si ce n’est pas possible, retirez la toile de votre gazebo, celle-ci ne risque pas de prendre dans le vent et de provoquer sa chute, ou la fameuse collision mentionnée ci-dessus. Le risque se situe surtout au niveau de la structure de votre abri de jardin, qui pourrait s’endommager sous le poids de la chute.

Tâchez aussi de placer votre voiture aussi loin que possible des arbres qui pourraient tomber. Les lampadaires ainsi que les lignes électriques présentent aussi un risque si c’est une forte tempête, alors soyez aussi prudents que possible et placez-le dans le garage.

L’inondation

Vous ne pourrez pas empêcher la rivière de sortir de son lit et de venir causer un sinistre chez vous. Vous ne pourrez pas non plus empêcher la compagnie de sinistre d’envoyer une facture salée à votre assureur, qui se répercutera fort probablement sur vos prestations. Ce que vous pouvez faire, au moins, c’est de limiter les dégâts!

En premier lieu, si vous pressentez qu’une inondation peut se produire (comme c’est souvent le cas à la fonte des neiges au printemps), ayez la présence d’esprit de déménager les items qui se trouvent au sous-sol vers les étages supérieurs.

Lorsque le sinistre arrive, fermez le gaz et l’électricité de votre maison, bouchez le drain du sous-sol et préparez-vous à quitter les lieux si vous voyez que le niveau de l’œil atteint un point dangereux. Vous devez alors prévenir les autorités municipales de la situation et entrer en contact avec votre assureur. Il pourra vous donner le nom d’un expert en sinistre compétent et il saura vous recommander quoi faire pour que la gestion de votre dossier se fasse aussi rapidement et efficacement que possible.

Enfin, sachez qu’il n’est pas prudent de repartir l’électricité avant que des vérifications n’aient été réalisées par un électricien certifié. Ne buvez pas non plus d’eau potable avant d’avoir vérifié avec l’hôtel de ville que celle-ci soit potable : l’inondation pourrait avoir causé des perturbations au niveau de l’aqueduc. Dans le doute, vous pouvez simplement la faire bouillir pour une durée de 5 minutes et elle deviendra potable.

6 juin 2014 Categories: Non classé


Top