La saisonnalité est un facteur qui cause de la misère à bien des gestionnaires d’entreprise. Plusieurs industries en souffrent : le tourisme, l’horticulture et les kiosques de crème glacée ne sont que la pointe de l’iceberg! Bien que des franchises saisonnières très profitables puissent exister, c’est un assez gros casse-tête pour celui ou celle qui est en poste : les horaires d’été frisent les 80 heures par semaine alors que la saison froide est pratiquement morte… parfois, il est préférable de doser un peu mieux ses activités, n’est-ce pas?

Dans cet article, l’entrepreneur débutant pourra trouver quelques pistes de solutions pour permettre à son commerce ou son entreprise de services de réduire la dépendance à une seule période de l’année.

Cerner les produits complémentaires

Il ne faut pas s’interdire de pénétrer dans une industrie sous prétexte que celle-ci n’est active qu’un mois ou deux dans une année. Il faut cependant apprendre à trouver les niches de marché qui sont similaires à notre offre principale.

 

Imaginons que vous êtes une entreprise qui organise des activités de type « maison hantée » pendant le mois de septembre et d’octobre, soit Halloween. Votre projet est ambitieux et il commande des investissements assez importants : on parle ici de l’acquisition d’un terrain et d’un bâtiment, l’aménagement des lieux pour les rendre effrayants, l’acquisition d’équipement sonore et de nombreuses décorations, sans compter les investissements ponctuels en marketing, en salaires, dans une ligne téléphonique et un site web. Si tout cela ne sert que pour deux mois, c’est un peu du gaspillage, non?

Vous me lancerez peut-être que l’industrie de l’Halloween s’écroule après octobre, donc que vous ne pourrez pas trouver d’autres produits ou services. Il faut toutefois se poser une question : votre entreprise est-elle spécialiste de la maison hantée ou veut-elle plutôt s’orienter dans l’événementiel? Faire vivre des émotions fortes aux consommateurs par le biais d’un parcours spécialement aménagé ne se limite pas uniquement à l’Halloween!

Si rien de tel n’existe dans les villes ou villages environnants, envisagez de mettre en place un village de Noël, pour les mois de novembre et décembre. Plus tard, la thématique de Pâques pourrait quant à elle servir à planifier une chasse aux œufs pour les enfants, voire d’autres activités thématiques en lien avec la fête. Vers le début de l’été, une période qui est normalement très tranquille pour vous, il serait possible de mettre en place un événement à thématique historique, par exemple en se basant sur la Nouvelle-France.

Les avantages et inconvénients de la diversification

Ne nous voilons pas la face : il existe certains inconvénients à mettre en place une telle politique de diversification des activités.

Diversification

Cette poulette ne met pas tous ses oeufs dans le même panier!

Dans le cas précédent, par exemple, il faudra acheter un bon nombre de costumes pour chacun des événements, ce qui vous demandera de garder plus d’inventaires en tout temps. Si vous êtes une entreprise naissante, ce sont des investissements nettement plus importants à réaliser. Il y a aussi une notion de risque supplémentaire qui s’ajoute puisque vous ne serez pas nécessairement un spécialiste de chacune des thématiques : il faudra que vous fassiez vos devoirs si vous voulez que chaque événement soit un succès. Enfin, c’est une charge de travail qui sera nettement plus importante pour le président, avec des périodes de repos moins nombreuses! Et ça ne veut pas dire que vous travaillerez moins dans votre période principale d’activités.

Les avantages, toutefois, valent vraiment la peine d’être considérés. En premier lieu, vous devez savoir que la rétention de vos employés les plus compétents sera grandement facilitée par une telle politique. Pensez-y un instant : si vous étiez une personne efficace et très convoitée sur le marché du travail, resteriez-vous disponible toute l’année pour participer à un projet qui vous offre du revenu pendant seulement quelques mois? Ça reste à voir. En ayant un emploi tout au long de l’année, la loyauté devient bien plus intéressante.

Ensuite, il faut dire que le risque global de l’entreprise est amoindri. Ce n’est pas contradictoire avec l’inconvénient mentionné plus tôt! Bien que vous risquez de perdre de l’argent sur une thématique particulière – dont le marché était finalement plus petit qu’anticipé, le fait d’avoir des sources de revenus diversifiées assure que vous aurez toujours un certain fond de roulement, essentiel à résister aux perturbations dans vos affaires. En plus, vos coûts fixes seront répartis sur un plus grand nombre de revenus, ce qui vous permettra de baisser vos prix ou d’engranger des profits plus importants.

Enfin, la diversification peut permettre de faire connaître davantage le nom de votre marque. Cet avantage est toutefois à double tranchant : en vous faisant connaître comme une entreprise qui fait « un peu de tout », ceux qui cherchent quelque chose de très spécifique ne seront pas nécessairement amenés à venir vous voir. Restez donc cohérents dans votre thématique!

Un exemple concret : le Centre du Jardin Dion

Nous avons choisi une entreprise de Sainte-Thérèse au Québec, le Centre du Jardin Dion, pour démontrer le fonctionnement d’une entreprise diversifiée de façon un peu plus concrète. Nous étudierons ainsi le cycle de ses services : vous pourrez en trouver un exemple au http://www.jardindion.com/services.html.

Horticulture

L’horticulture n’est pas un milieu facile.

Ce que fait l’entreprise

L’entreprise se définit comme une entreprise offrant des services d’horticulture. Fondamentalement, on peut assimiler cette industrie à la saison estivale : c’est alors que les jardins et les terrassements sont créés au Québec, une province canadienne où l’hiver est impitoyable et très enneigé. Pourtant, vous pouvez voir que l’entreprise a bien su doser ses efforts.

Les activités « quatre-saisons »

Comme les fleurs sont souvent cultivées en serres fermées ou importées de l’international, les marchands de fleurs sont en mesure de survivre tout au long de l’année. Il existe certaines fêtes, comme la Fête des Mères (mai), la Saint-Valentin (février) et la semaine des secrétaires (avril), qui apportent des pics en termes de demande pour les produits floraux.

Les activités estivales

Comme vous l’auriez deviné, c’est en été que la majorité des services sont offerts. En premier lieu, l’aménagement paysager est offert principalement entre mai et septembre ou octobre, quoique le principal moment de demande se trouvera au début ou au milieu de l’été, alors que le terrassement veut se faire une petite beauté. La plantation d’arbres fait également partie de cette période de l’année.

Les services de pavage, la vente des végétaux, la livraison de produits de jardin et le service-conseil sont trois autres départements qui seront principalement en activité entre mai et octobre. À chaque année, vers le début du mois de septembre, l’entreprise stimule son activité déclinante en organisant des ventes de débarras pour ses produits estivaux, ce qui permet de récupérer une partie de l’argent investit dans les stocks tout en libérant de la place pour les mois à venir.

Les activités hivernales

C’est là que le nœud du problème aurait pu se situer pour l’entreprise : après tout, qui a besoin de faire faire son jardin en plein hiver? Heureusement, deux niches ont été détectées pour donner un peu de vigueur à la saison morte.

La boutique de Noël : le Centre du Jardin Dion a décidé de se faire un des plus grands commerces de produits de Noël pendant l’hiver. Les employés conçoivent des décorations sur mesure, les installent chez la clientèle et vendent des sapins, ce qui permet de tirer profit de la pépinière (qui serait plutôt inactive sinon!).

Les protections hivernales : Enfin, l’entreprise offre quelques produits pour protéger les plantes en hiver. Des clôtures à neige, des filets, des tuteurs et des toiles permettent aux végétaux de mieux résister à ces quelques mois où il fait très froid et où la neige peut mettre une certaine pression sur leur croissance. Bien sûr, ce secteur d’activité n’est pas extrêmement porteur, mais il permet d’attirer un peu plus de clientèle.

Et ça marche?

Dans ce cas, on ne pourrait pas dire que l’entreprise réussit à garder à l’emploi l’ensemble de ses employés hors de sa saison forte : plus de la moitié des travailleurs du Jardin Dion quittent en hiver. Il devient donc nécessaire de faire appel à une bonne proportion de saisonniers lorsque l’été vient, des employés qui sont nécessairement moins bien formés ou plus à risque de quitter pendant l’entre-saison.

Les nouvelles lois pourraient compliquer la tâche

Le Gouvernement Harper a récemment modifié les règles de l’assurance-emploi pour forcer les saisonniers qui peuvent se retrouver un emploi dans un rayon de 100 kilomètres à ne pas attendre la venue de l’été (ou de l’hiver, selon les industries) pour retourner au boulot. Cette action pourrait, au fil des années, accentuer la pénurie de main d’œuvre qualifiée au sein des industries saisonnières. Les employeurs devront de plus en plus se tourner vers la main d’œuvre étudiante, lorsque celle-ci est accessible.